Programme et historique

Programme de l'Helvetia Sacra
L'Helvetia Sacra s'est donné pour tâche de recenser systématiquement les entités ecclésiastiques de Suisse – diocèses, chapitres, monastères – et surtout de décrire leurs caractéristiques institutionnelles d'un point de vue historique. L'accent est mis sur les biographies succinctes des supérieurs ecclésiastiques.

La date limite pour la prise en considération des entités à étudier a été fixée à 1874. A ce moment-là, en effet, la Constitution suisse, influencée par le «Kulturkampf», soumit la fondation de nouvelles maisons religieuses et la création de nouveaux diocèses à l'autorisation de la Confédération. Bien que ces deux articles aient été abrogés en 1973 et 2001, la collection Helvetia Sacra a conservé pour des raisons pratiques la date de 1874 comme terme chronologique: les institutions ecclésiastiques existant en Suisse avant cette date sont donc étudiées dans l'Helvetia Sacra jusqu'à l'époque actuelle tandis que celles qui sont apparues après 1874 ne sont pas comprises dans le programme de la publication.

Chaque article commence par une série de mots-clés qui donnent au lecteur une première information rapide sur le sujet choisi (diocèse, chapitre, monastère). On y trouvera par exemple la situation géographique, les diverses formes du nom, la durée d'existence, etc. Viennent ensuite les trois sections principales de l'article: histoire, archives et bibliographie. Dans la section histoire, le développement de l'institution est présenté de manière chronologique tout en accentuant certains points. Ainsi, s'agissant d'un monastère, on trouvera des précisions en fonction de l'ordre auquel il appartient ou sur le rôle régional qu'il a pu jouer (hôpital, école, activité économique); parfois, c'est simplement la richesse des sources existantes qui détermine le choix et l'importance des informations. Cette section est assortie d'un ample appareil de notes. Dans la section archives, on trouve l'histoire des archives de l'institution, leurs lieux actuels de conservation ainsi qu'une liste détaillée des fonds les plus importants. La section archives donne accès aux sources non publiées dont l'importance est primordiale pour la recherche. Enfin, dans la section bibliographie, le lecteur trouve un choix raisonné des publications relatives au sujet étudié et peut ainsi avoir un aperçu de son historiographie. La deuxième partie de chaque article est réservée aux biographies succinctes des dignitaires. Quand il s'agit d'un diocèse, ce sont celles des évêques, évêques auxiliaires, vicaires généraux, entre autres; dans le cas des chapitres cathédraux et collégiaux, ce sont les vies des prévôts et, pour les monastères, ce sont celles des abbés et abbesses, des prieurs et prieures, des supérieurs en un mot, quelle que soit leur dénomination. Ces courtes biographies contiennent les informations relatives à la vie, à l'origine, aux études, à la carrière ecclésiastique du personnage et elles le situent dans le cadre du diocèse ou du monastère considéré. L'Helvetia Sacra réalise ainsi un catalogue de personnalités qui – en raison de l'importance de l'Eglise au cours des siècles – jouèrent un rôle marquant en Suisse ou dans certaines régions du pays (voir aussi Index des supérieurs et supérieures, HS X, page 77–669).

Chaque volume traitant des monastères comprend en introduction une synthèse et une interprétation des articles qui le composent ainsi qu'une présentation de la situation spécifique des maisons religieuses de Suisse par rapport au contexte général.

Les trois langues officielles suisses, à savoir l'allemand, le français et l'italien, sont utilisées dans l'Helvetia Sacra. Jusqu'en 1982, chaque article a paru dans la langue de l'auteur qui l'a rédigé; depuis lors, c'est la langue de la région considérée qui est retenue et, le cas échéant, les articles sont traduits.

Richtlinien zur Abfassung eines Helvetia Sacra-Artikels

Bibliographie zur Helvetia Sacra


Historique de l'Helvetia Sacra

1964: L'Helvetia Sacra est mise en oeuvre dans sa conception actuelle.

Avant cette date, on avait essayé d'entreprendre une simple révision de l'Helvetia Sacra du P. Rudolf Henggeler OSB, d'Einsiedeln. Cette tentative se révéla vaine car le travail du P. Henggeler, qui excédait les forces d'un seul homme, présentait pour cette raison des insuffisances du point de vue de l'organisation et également de la méthode puisque seules les sources imprimées avaient été retenues.

Le 14 novembre 1964, le Fonds national suisse de la recherche scientifique donna suite à la demande présentée par le «Curatorium pour la révision de l'Helvetia Sacra» et accepta une conception modernisée de l'ouvrage. La nouvelle édition prévue impliquait la prise en compte du matériel d'archives non publié, méthodiquement sélectionné, ainsi que l'extension de la matière traitée. L'actuelle Helvetia Sacra était née.

Jusqu'en 1976, Albert Bruckner assuma à la fois la présidence du Curatorium et la rédaction de l'Helvetia Sacra. Il avait été archiviste d'Etat du canton de Bâle-Ville de 1961 à 1966 et, depuis 1967, il était professeur ordinaire de sciences auxiliaires de l'histoire à l'Université de Bâle.

1972: Parution très attendue du premier volume de l'Helvetia Sacra. Ce volume I/1 est le premier de la section «Archidiocèses et diocèses». Il contient les articles sur les diocèses de Bâle et de Coire ainsi que ceux qui concernent l'archidiocèse de Besançon et le patriarcat d'Aquilée (ces derniers avaient tous deux pour suffragants des diocèses suisses).

1973: L'Helvetia Sacra est associée à la Société générale suisse d'histoire (SGSH) qui avait déjà donné un cadre institutionnel à l'Helvetia Sacra du P. Henggeler. De 1982 à 2007, l'Helvetia Sacra constitue une section de la SGSH (depuis 2001: Société Suisse d'Histoire, SSH).

1974: Restructuration de l'Helvetia Sacra. La fonction de président du Curatorium et celle de rédacteur sont séparées. Le professeur A. Bruckner reste président du Curatorium et Mme Brigitte Degler-Spengler est désignée en qualité de rédactrice en chef (de 1974 à 2003).

Après le départ à la retraite du professeur Bruckner, la présidence du Curatorium a été successivement assumée par le professeur Dietrich Schwarz, Zurich (de 1976 à 1985), Mme Laurette Wettstein, Lausanne (de 1985 à 1994) et M. Fritz Glauser, Lucerne (de 1994 à 2002) et M. Anton Gössi, Lucerne (de 2002 à 2007).

1980: Création de la Fondation de l'Helvetia Sacra. Elle est destinée à collaborer financièrement avec le Fonds national suisse de la recherche scientifique pour la publication de l'Helvetia Sacra.

La présidence de la Fondation a été assurée par le professeur Dietrich Schwarz, de Zurich, jusqu'en 1999. M. Thomas C. Enzler, de Zurich, lui a succédé de 1999 à 2007.

1989: L'Helvetia Sacra fête son 25e anniversaire. A cette date presque la moitié de son programme est réalisée.

1997: L'Helvetia Sacra met au point la «planification 2007» qui prévoit pour cette date l'achèvement de la publication.

2003: Rédactrice en chef depuis vingt-neuf ans, Mme Brigitte Degler-Spengler prend sa retraite; le Curatorium choisit Mme Petra Zimmer pour lui succéder.

2007: La collection d'histoire ecclésiastique suisse Helvetia Sacra est enfin complète avec la parution du volume X, Register/Index/Indice. La rédaction cesse son activité aux Archives d'Etat de Bâle-Ville en décembre 2007.


haut de la page